Stage avec Lucien Gourong le 6 avril 2011 à Auray

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Lucien Gourong a animé un stage au Spoum, le 6 avril 2011.

J’y ai participé, voilà ce que j’en ai retenu.
 
''Ni tout à fait à l’intérieur, ni tout à fait à l’extérieur, le conteur est tout cela à la fois. Il est libre de tout, uniquement prisonnier du déroulement du récit''

Raconter est difficile, car l’histoire ne nous appartient pas, elle ne fait pas partie de notre passé. L’appropriation de l’histoire passe donc par notre propre passé (lieux connus, images de notre propre environnement). Dans les trois premières minutes du conte, plus il y a d’éléments de sa propre culture, de son propre passé, plus cela fonctionne et l’auditoire adhère. Le public doit percevoir la propre empreinte du conteur dans l’histoire.

''Toute narration est une marque originale faite sur le présent. Elle est redevable d’une tradition et d’une réactualisation. Il y a donc nécessité d’un conteur qui donne une forme à la structure narrative''
C. Valentin ; Histoire des contes chez Fayard

Le public se concentre sur le récit ; pour cela le conteur doit éviter de gesticuler. Le débit du conteur facilite la compréhension de l’histoire, la précision et la concision sont donc nécessaires. Ces dernières induisent des moments de silence. Ces silences permettent des changements de rythme, différents phrasés à la diction.

Le public ne doit pas avoir de doute quant au statut du conteur. Le conteur n’est pas un comédien ; il est le narrateur qui s’implique dans l’histoire. L’émotion des personnages évoqués s’entend dans la voix. Le travail sur les images facilite la coloration du récit. Tout comme la voix, le corps laisse aussi son empreinte et la justesse de l’intention fait du narrateur, un conteur.

Avant de conter, il est indispensable de se rendre disponible ; emmagasiner l’énergie et lâcher prise. Pas d’obstacles entre le conteur et le public (éviter les chaises vides du 1er rang). L’espace de communication est à la taille du conteur et n’est pas subi.
Dans la relation conteur/public, le conteur va chercher les gens. Son regard s’adresse à 7 personnes environ mais couvre l’ensemble de l’assistance. (A chaque coin extérieur premier et dernier rang, milieu premier et dernier rang et milieu rang du milieu)

Le conteur partage la parole avec tous ceux qui le souhaitent. Il transmet la mémoire et la tradition en les réactualisant. La liberté de transformer les écrits et de se les approprier avec ses propres mots permet au conteur d’accéder à un fonds sans limite. Son répertoire peut donc inclure différents types de contes et de récits. L’organisation est thématique.
 

Le passage à l’oralité nécessite diverses étapes de réécriture orale et écrite. Les qualités de l’oralité sont simplicité, précision, efficacité ; la recherche du mot juste s’impose donc.

Claire