Dernier Rappel de Pépito Matéo, le 23 janvier 2009 au Strapontin à Pont-Scorff

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Pour ses 60 ans, Pépito s’est offert et nous a offert une superbe leçon de philosophie sur la vieillesse ou plutôt sur la façon de bien vieillir. Faut-il, comme Gilgamesh dont il a réussi à glisser la légende dans son récit, rechercher l’immortalité ? Doit-on accepter de vivre comme certains résidants de maison de retraite, en ayant perdu toute personnalité, en subissant certaine forme de maltraitance ?

A travers sa quête, il réussit à évoquer certains souvenirs personnels, quelques-unes de ses luttes et de ses rencontres. On croit deviner quels seront ses choix, ses modèles. N’a-t-il pas un faible pour l’ami Pierrot, 99 ans,  entouré de tout ce qui a fait sa vie et qui a conservé toute sa verve ?

Côté verve, Pépito n’a rien perdu de celle à laquelle il nous a habitués. L’humour était bien présent aussi mais, est-ce parce que le sujet était grave, il m’a semblé que le débit était moins rapide et le fil du récit plus  facile à suivre.

Décor et mise en scène sobres ; texte, tour à tour, drôle ou émouvant ; jeu superbe.

Soirée à graver dans notre mémoire, du moins tant qu’elle fonctionne encore !!    

Anne

 

Quelques phrases à méditer :
Ici, un vieux qui meurt, c’est une télé qui reste allumée.
La grandeur de l’homme, c’est d’accepter d’être mortel.
Vieillir, c’est quitter la lumière pour apprivoiser l’ombre.