Autour du conte

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Blanche Neige et les sept nains

Citons quelques passages de Blanche Neige version des frères Grimm :

"Blanche-Neige grandissait peu à peu et devenait toujours plus belle;

et quand elle eut sept ans, elle était belle comme le jour et bien plus belle que la reine elle même."

"Les maîtres du logis ne rentrèrent chez eux que lorsqu'il faisait déjà nuit noire, et c'étaient les sept nains qui piochent et creusent les montagnes pour trouver les filons de minerais"

La symbolique du chiffre 7

Le 7 est considéré comme un chiffre magique. 7 signifie l’équilibre, l’accord, la perfection.

7 indique aussi le sens d'un changement après un cycle accompli, un renouvellement positif.

Nombre universel, on le retrouve dans de nombreux domaines : Les 7 planètes, les 7 merveilles du monde, les 7 notes de musique, les 7 péchés capitaux, le chandelier à 7 branches, les jours de la semaine...

La stylisation du 7 représente une faux, symbole de mort.

LE CHIFFRE 7 DANS LES CONTES

7 voyages de Simbad le marin Les mille et une nuits

7 fées marraines - La Belle au bois dormant - Charles Perrault)

Le loup et les sept chevreaux

7 ans, l'âge du Petit Poucet, 7 nombre de sa fratrie et le nombre de filles de l'Ogre

7 mouches attrapées par la tapette du petit tailleur  - Le vaillant petit tailleur - les frères Grimm

Un petit jeu ? A vous de trouver d'autres contes avec le chiffre 7 !!!

 

pomme

 

 

 

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Sorcière, "Bruxa" en gallois; "Groach" en breton armoricain

                                                                       par Claire

Un conte traditionnel d’Ecosse : les sorcières de Delnabo

"A son apparition, la Sorcière n'a ni père, ni mère, ni fils, ni époux, ni famille. C'est un monstre venu d'on ne sait où. Qui oserait s'en approcher grand Dieu ! Où est-elle ? Aux lieux impossibles ! Dans la forêt des ronces, sur la lande. Qui le croira pourtant ? C'est une femme encore."
Jules Michelet, La Sorcière

Vers le milieu du XVe siècle, en Occident, on brûle des femmes. Les sorcières fiancées du diable vont au Sabbat, jettent des sorts, sèment maladie et mort... Pendant deux siècles, des milliers d'entre elles sont traquées, dénoncées, torturées et brûlées. Ce n'est qu'à la fin du XVIIe siècle que les bûchers s’apaisent. Les personnes les plus suspectées de sorcellerie sont les femmes, vieilles ou isolées, et en général pauvres. En effet, jusqu'au XVIIe siècle, la femme fait peur. Les médecins en connaissent très peu le métabolisme, les théologiens les voient comme des êtres inconstants à garder sous la perpétuelle surveillance du père ou du mari. Elles ne deviennent autonomes qu'une fois veuves, autonomie rimant avec isolation. On les soupçonne alors de vouloir se venger de leur sort.

 

Noiro

Lire la suite...

   

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

La terre est bleue comme une orange…

                                                                               par Claire
  
La terre est bleue comme une orange disait Eluard et il a fallu quelques millénaires pour qu’elle tourne autour de son axe !
La Terre, planète Terre, planète bleue ou encore Monde, autant d’expressions pour évoquer une même réalité, une même personnalité.
A l’origine Gaïa,  une déesse  identifiée à la '"Terre-Mère". Ancêtre maternelle des races divines,  elle enfante de nombreux monstres. Issue du chaos, elle unit tout sur la planète, unissant les
Océans et les isolant du feu du magma.

La naissance de la terre chez les Amérindiens est affaire de marche…

Au début, il n’y avait que de l’eau. Il a bien fallu trouver des animaux pour plonger vers le fond afin de ramener à la surface un peu de terre. Beaucoup périrent noyé en tentant la chose. Mais finalement il s’en trouve toujours un pour réussir, et voilà l’origine du monde, une toute petite île faite d’un minimum de boue ramenée du fond des abîmes liquides par un animal héroïque.
Puis, par les moyens de la danse, de la marche et de la course, chacun des êtres vivants, des lièvres aux humains, ont depuis eu la charge d’agrandir le domaine puisque c’est en marchant la terre que la terre s’étend.
Voilà pourquoi le lièvre sautille nerveusement, pourquoi le loup marche pendant dix ans, voilà pourquoi les humains sont capables de marcher si longtemps. Pour le nomade, marcher c’est faire la terre.

 

Lire la suite...

   

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Rencontre de conteurs : trompe-oreilles, tong-twisters

La rencontre de conteurs a été l'occasion de nombreux échanges. Nous avons mis en commun  des pétites, des "trompe-oreilles" qui peuvent se transformer en "tong-twisters"



Agate - woodchuck :
 

How much wood would a woodchuck chuck
If a woodchuck could chuck wood?
He would chuck as much wood as a woodchuck could chuck.
If a woodchuck could chuck wood.

(Michael Forman's "Nursery Rhymes")
 
Claudine -  Betty Botter :
 

Betty Botter bought some butter,
But, she said, the butter's bitter;
If I put it in my batter
It will make my batter bitter,
But a bit of better butter
Will make my batter better.
So she bought a bit of butter
Better than her bitter butter,
And she put it in her battr
And the batter was not bitter.
So 'twas better Betty Botter
Bought a bit of better butter.

 
Clare, un autre, très connu en GB :
 

Peter Piper picked a peck of pickled pepper;
A peck of pickled pepper Peter Piper picked.
If Peter Piper picked a peck of pickled pepper,
Where's the peck of pickled pepper Peter Piper picked?

 

Cécilia : en voici un en italien... il faut rouler les "r" !!!
 

Trentatrè trentini entrarono a trento tutti e trentatrè trotterellando.
 
(33 trentins entrèrent à Trente, tous les 33 en trottinant.)




Rémy :  un autre dans une autre langue:

C'whec'h merc'h gwerc'h
gant c'hwec'h sac'had kerc'h
war c'hwec'h marc'h kalloc'h
ha c'hwec'h manac'h war o lec'h

 

   

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

De l’eau, de l’eau rien que de l’eau, de l’eau de là-haut


Par Claire 

L’eau est un élément familier; elle unit le ciel et la terre – eau de pluie, eau de mer, les eaux agitées signifient le mal, le désordre.
La pluie est la semence d’Ouranos qui féconde la terre; cette eau est l’eau masculine. L’eau première, l’eau naissante de la terre est féminine.
L’eau évoque la fontaine, le lavoir – lieux de mystère et de sociabilité, le pont – symbole d’unité entre deux rives.

L’eau se caractérise par sa multiplicité; elle est sacrée, purificatrice et curative.
En Bretagne, dans le village de Plouaret, la chapelle est édifiée sur un dolmen sous lequel coule une source qui a des vertus curatives, grâce aux bienfaits des 7 saints qui permettent de soigner 7 maladies.
Mais l’eau est aussi bonne pour tous : elle rend jeune ou redonne la jeunesse, elle permet aussi de maigrir (pub des eaux minérales).
Enfin l’eau est un des éléments constitutifs du Yin et du Yang. Ce n’est pas l’eau qui est Yin mais l’humide, symbolisé par les grottes, les marais, la femme et la lune.

C. Pinka Estès dans Femmes qui courent avec les loups analyse une des tâches données par Baba Yaga (Vassilissa la sage). L’héroïne doit faire la lessive de la sorcière. Par ce geste simple, redonner de la tenue à des vêtements, la jeune fille renouvelle et vivifie ses idées, ses valeurs, sa personnalité et ses désirs.

L’eau, un des 4 éléments 
Les Celtes utilisaient différents moyens pour faire disparaître les dépouilles humaines. Par exemple, le corps était enfoui dans un tronc et celui-ci livré à la rivière. Cette coutume mêle le culte de l’arbre (élément permettant de passer de la terre au ciel) et le culte de la rivière (don du corps à l’eau – mise à l’eau de la dépouille d’Arthur qui sera ensuite enflammée).
Les Egyptiens et les Indiens font naviguer aussi leurs morts sur le Nil ou les noient dans le Gange.
Les civilisations construites autour de l’eau, assimilent la notion de voyage à la mort : ''partir loin sur le fleuve ou la mer, c’est mourir un peu''. L’eau est donc ici un moyen de transport dangereux, maléfique (Ulysse, les sirènes naufrageuses) à la différence de la terre féconde.

 

Fontaine de Cornely, territoire de Belz (56)

Lire la suite...

   

Page 5 sur 7